Pour prendre contact avec nous :

Nom

E-mail *

Message *

vendredi 21 avril 2017

Dressage cam du 20/04/2017




Alors que je suis encagé depuis 3 jours  ma Maitresse m’a sans ambiguïté fait comprendre que son envie de me voir me goder aller être satisfaite très bientôt. Ne pouvant le faire Elle-même, car à des milliers de kilomètres d’Elle, c’est par l’intermédiaire de Skype que ce dressage aura lieu.

Pour rappel, mon gode, choisi par Elle, est un très bel objet de 23 cm, totalement réaliste, équipé d’un moteur de vibrations à 3 vitesses. D’un bon diamètre, l’insertion est toujours très délicate, et je suis ravi quand Elle m’ordonne de mettre du lubrifiant… de très mauvaise qualité ! Je souffre donc au moment de la pénétration, procédant par à-coups, mais fini par réussir à m’assoir complétement dessus.
Ainsi rempli, ma Maîtresse m’ordonne d’enclencher les vibrations au niveau 1. Ainsi assis sur mon gode, je fais des petits mouvements concentriques afin de stimuler au mieux ma prostate, tandis que nous continuons de discuter de choses et d’autres avec ma Maîtresse. Toujours discutant, Elle me fait me mettre à 4 pattes, souhaitant me faire faire des grands mouvements de va et vient avec mon jouet. Malheureusement, la mauvaise qualité du lubrifiant de me laisse aucune amplitude de mouvement, et Elle finit par me mettre sur le dos, jambes écartées, cage offerte à son regard. Comme Elle me le fait remarquer, mon plaisir d’être ainsi offert à ses magnifiques yeux est manifeste.

Elle me demande alors de lui rappeler depuis combien de temps je n’ai pas éjaculé. Cela fait un mois. Le dilemme pour Elle est alors évident : me faire éjaculer et prendre le risque de me voir moins soumis après, ou continuer de me garder en meilleure servitude en gardant mes (ses) boules pleines ? Je sais pour ma part quelle est la meilleure solution pour nous satisfaire tous deux, mais je ne dis rien, car il ne faut pas qu’Elle puisse penser que je sais mieux qu’Elle ce qui est bon pour nous, et aussi parce que lui suggérer l’idée est déjà une forme de soumination.

Elle me fait ôter la cage, et m’ordonne de continuer à me goder tout en me masturbant. Difficile de contrôler mes sensations dans un premier temps, car mon sexe n’a pas connu de plaisir de la masturbation depuis longtemps. Elle me fait accélérer le rythme progressivement, en ponctuant le tout par sa marque de fabrique et l’un de ses petits plaisirs coupables: des claques sur les testicules. Finalement, Elle choisit de me laisser aller jusqu’à l’éjaculation, et d’arrêter au moment de l’orgasme. Je suis heureux de l’entendre me demander cela, car c’est de cet orgasme ruiné à venir que j’évoquais comme « meilleure solution pour nous satisfaire tous deux ». Je m’exécute donc, me laissant aller au plaisir alors qu’Elle m’ordonne de répéter que je lui appartiens lorsque j’éjaculerai. Le plaisir monte, je sais que je vais jouir, je lâche mon sexe. Je ne ressens rien, surpris, je regarde mon sexe me demandant pourquoi il ne se passe rien, et je constate avec surprise que mon sperme gicle sur moi. A l’intérieur de moi, une vague de plaisir se déverse, et me gode plus fort, tandis que je regarde mon sexe expulser ma semence, simple spectateur de cette vidange pure et simple, alors que je lui répète que je suis à Elle.

Couvert de sperme, Elle me dit alors que je sais ce que je dois en faire. C’est évident, et je récupère alors la semence qui me recouvre, avec mes doigts, sans en laisser une goutte. Une fois fait, Elle m’envoie à la douche, évidemment glacée, dans le but de faire reprendre à mon sexe sa petite taille pour lui permettre de retourner dans sa cage. Une douche froide n’est vraiment pas une chose agréable, mais lorsque que votre sexe refuse de rendre les armes, et pire, éprouve le besoin de se mettre toujours plus au garde à vous, le comique de la situation vous réchauffe ! Nous rions donc tous les deux, surpris de cette situation, tandis que mes testicules remontent littéralement  en moi ! Vu de profil, je suis un homme en érection dépourvu de bourses …Etrange image ^^ Ma Maîtresse en profite pour tester la dureté de son sextoy, en me faisant poser une serviette dessus, qui tient sans problème ! Je dispose donc maintenant d’une nouvelle fonction dans mon arsenal d’homme-objet : porte-serviette ! ^^

Malheureusement, rien n’y fait, et même en essayant avec l’effet inverse, de l’eau chaude, mon sexe reste dressé. Petite avancée tout de même : mes boules sont redescendues à leur place J. Après plusieurs essais, il me faudra pas loin de 20 bonnes minutes pour remettre le petit oiseau en cage.

Je te remercie donc Maitresse, pour ce très beau moment partagé avec toi. De soumission d’abord, avec le gode en moi pendant 45 minutes, le meilleur orgasme ruiné que tu m’ai offert ; une libido intacte qui me permet de souffrir en écrivant cette article, mon sexe compressé dans la cage, avec son érection qui n’aboutira jamais et mon pantalon trempé. Moment comique ensuite, avec ce petit show inattendu et improvisé sous la douche, qui nous aura bien fait rire tous les deux ^^.

Pour tout cela Maîtresse, ton soumis te remercie.


jouet




Juste après l’enlèvement de la cage






Essayant de remettre la cage...
La cage va pouvoir être remise ^^


Cagé et plugué















dimanche 20 mars 2016

Trois jours chez Elle au mois de mars...



Ce séjour, pour Elle comme pour moi, possède une saveur particulière. En effet, les aléas de la vie font que nous ne sommes pas vu depuis 6 mois. Cela ne sera que pour trois petits jours, mais je suis impatient, et heureux, de la retrouver enfin. 

Après nous être retrouvés, nous prenons notre temps, et décidons ensemble (oui, c'est tout à fait possible :) d'aller prendre un petit déjeuner durant lequel nous discutons de tout et de rien. S'en suit un restaurant (sushis, Elle adore ça et moi aussi) puis nous nous dirigeons vers le cinéma ou nous nous garons dans le parking quasi désert. Comme je m'en doutais (et l'espérais), c'est là qu'Elle a décidé de reprendre possession de son soumis, de reprendre sa place, et de me remettre à la mienne par la même occasion. 
Elle me demande très vite d'ouvrir mon pantalon, dans lequel Elle glisse sa main. Elle constate mon début d'érection, me masturbe légèrement pour la rendre complète, et passe aux fondamentaux : une prise en main de mes testicules et une torture, très maîtrisée de celles-ci. 
Elle me rappelle ce faisant ce que je suis et ce qu'Elle attend de moi. Malgré la douleur, je suis heureux de cette "reprise en main" et me tiens prêt à le faire lorsqu'Elle m'annonce qu'Elle me verrait bien à genoux au milieu du parking pantalon baissé. Elle ne le fera pas, mais après cet intermède, je sais que je suis incontestablement à ma place de soumis et Elle de Maîtresse. Elle m'avoue que si le parking ne s'était pas rempli, Elle m'aurait bien fait la lécher dans la voiture, ce que j'aurais adoré accomplir. Nous allons ensuite regarder le film que nous avons choisi ensemble (et oui, encore ^^)  de regarder. 

Le cinéma passé, nous nous rendons chez Elle, et nous retrouvons très vite dans la chambre. C'est d'abord un moment câlin, mais très vite l'excitation née dans la voiture nous revient, et Elle sait que le chien que je suis n'a plus qu'une envie : la lécher. Cela fait six mois que je n'ai pas vu son sexe, senti, pris en bouche et abreuver de sa délicieuse cyprine. Elle me permet d'enlever son pantalon, puis sa petite culotte. La vision de son sexe me met littéralement la bave aux lèvres, mais Elle joue naturellement à me faire baver encore plus en m'en interdisant l'accès, heureusement pas trop longtemps. Je peux enfin me précipiter et je la savoure avec joie après si longtemps sans faire mon devoir de sextoy. Elle me rappelle à juste titre que ma seule raison de vivre et d'être là entre ses cuisses, à être son sextoy et lui apporter du plaisir. Elle me rappelle mes différents mode de sextoy, et je commets une petite erreur qu'Elle rectifie immédiatement, (mais sans me punir) car je pense qu'Elle sait très bien que les fonctions de mon cerveau sont limitées au minimum à ce moment précis. Elle me parle néanmoins assez froidement, avec détachement à tel point que j'ai le sentiment que ma langue ne lui fait aucun effet. Aurais-je tout oublié ? Je commence à le croire lorsqu'Elle part dans un râle exquis de jouissance tandis que son bassin et secoué de soubresauts violents.  L'orgasme est bel et bien venu, rapidement et sans crier gare. Voulu ou non, je dois avouer qu'Elle a bien caché son jeu, et que je n'ai rien vu venir. Comme toujours après qu'Elle m'ai offert un orgasme, je lèche son sexe afin de bien récolter toute sa cyprine, puis la remercie pour ce don qu'Elle me fait. 

Peu de temps après, ma Maîtresse me dit qu'Elle a envie de me goder et m'ordonne d'aller chercher tout le matériel nécessaire, à savoir : les godes évidemment, son harnais, mon collier et mes bracelets et le masque.
Alors qu'Elle est assise sur le lit, et moi à genoux à ses pieds, Elle commence par me faire sucer le Titanoboa. Elle me demande ensuite de me donner le gode rose afin de le comparer avec mon nouveau jouet, et nous constatons que nous ne sommes pas du même avis sur le sujet. A mes yeux, le gode rose reste plus large que le Titanoboa (surtout au niveau du gland), même si il est évidemment plus long, alors que pour Elle c'est l'inverse qui est vrai. Avec un sourire, Elle se met alors à me gifler avec le gode rose, afin de me donner ma toute première "bifle". Cela est fait avec le sourire, car c'est en référence à une petite vidéo humoristique qu'Elle m'avait montré peu de temps avant, et nous rions tous les deux de cette première bifle.

Après cet intermède comique, Elle m'annonce vouloir jouer à un jeu : lui donner un chiffre entre 1 et 10, ce à quoi je réponds 8 immédiatement, alors qu'Elle était en train de réfléchir aux règles du jeu, pour lesquelles il fallait en fait lui donner un chiffre, ou entre 1 et 5, ou entre 5 et 10. J'ai bien senti dans son regard que le 8 n'était pas forcément le meilleur chiffre à choisir, mais lorsqu'Elle me redemande de choisir, je reste sur cette option, car je veux lui montrer que malgré que je sais que ce qui m'attend ne va pas être un moment de plaisir, je veux le faire pour Elle.
Après m'avoir équipé pour la séance de godage qui va suivre, Elle me fait mettre à quatre pattes sur le lit. Elle m'enduit l'anus de vaseline, et comme il est le de coutume, me le prépare avec ses doigts gantés au passage du gode noir, mon préféré.  Elle me prend quelques minutes en me rappelant quelle chienne je suis, puis s'éclipse dans la salle de bain après m'avoir ordonné de l'attendre sur le dos. A son retour, Elle me demande pourquoi Elle s'est absentée, ce à quoi je réponds honteusement qu'elle est peut-être partie nettoyer le gode... Lorsque qu'Elle insère d'abord doucement, puis le gland passé, d'un coup sec l'objet en moi, je découvre dans la douleur qu'Elle s'est équipée du gode rose. Elle m'avait dit que le gode noire était trop petit pour moi, j'aurais dû alors me douter de ce qu'Elle était partie faire...
Soulevant mes jambes et les écartant autant que possible, Alors qu'Elle me besogne, Elle me demande pourquoi Elle me met dans cette position. Je lui réponds que c'est parce que je suis ridicule ainsi, ce qu'Elle valide,  mais en y réfléchissant maintenant, je me dis que peut-être Elle me prenait ainsi pour faciliter le passage du gode et qui sait, peut-être me faire un peu moins mal...
Au final, la douleur m'apparaît moins violente que les fois passées, et cette séance de godage restera malgré tout pour moins un mélange de douleur et de plaisir, plaisir physique mais aussi moral d'avoir été traité par Elle comme un moins que rien, une chienne en chaleur qui a besoin d'être prise fermement et durement, et je te remercie encore Maîtresse pour ce moment partagé avec toi.

Ce troisième jour va être pour moi l'occasion de la réalisation d'un fantasme dont nous avions déjà discuté avec ma Maîtresse. En effet, souvent dans nos discussions, je lui ai fait part de mon désir de passer des heures à la lécher pendant qu'Elle vaquerait à ses occupations, comme regarder la télé ou travailler sur son ordinateur. Or il se trouve qu'aujourd'hui ma Maîtresse a très envie de jouer sur son ordinateur, et mes yeux pétillent de joie lorsqu'Elle m'annonce un peu plus tôt qu'Elle a ce projet et qu'Elle pense bien mettre son sextoy et sa langue à contribution pendant qu'Elle le fera.
Et c'est avec plaisir que je l'observe jouer, assis tout contre Elle dans le lit, attendant que son envie de moi entre ses cuisses soit confirmée. Après une partie, Elle m'ordonne de me poster entre ses cuisses, alors que l'ordinateur est posé sur celles-ci. Une fois sa petite culotte enlevée, et Elle ne porte plus que son soutien-gorge, et la vision de son sexe qui n'attend plus que moi me rend plus qu'impatient. Heureusement, Elle ne tarde pas à m'ordonner de faire ce pour quoi j'existe, lui apporter du plaisir, et c'est avec une avidité non dissimulé que je prends son sexe en bouche. Je commence par lécher son vagin et y insérer ma langue avec douceur, puis me met à m'occuper rapidement de son clitoris. Alors que je pense qu'il me faudra quelques temps pour la mener à l'orgasme, j’ai la joie de la sentir partir très rapidement dans l'extase. Je suis une nouvelle fois surpris (et je le crois, Elle aussi) de la rapidité de son orgasme mais suis intérieurement ravi que ma langue sache la combler rapidement. Une nouvelle fois, je récolte attentivement sa cyprine puis la remercie pour ce nouveau cadeau qu'Elle m'a fait de nouveau. Mais contrairement à d'habitude, je ne quitte pas mon poste entre ses cuisses. Alors qu'Elle continue de jouer, je continue moi  de la lécher, en passant de son clitoris à son vagin, parfois je m'arrête pour glisser un doigt en Elle, essayant de lui donner toujours du plaisir, même si je comprends vite que malheureusement je ne parviendrai pas à lui donner un second orgasme. J'adore cette situation, car Elle me parle de ce qu'Elle fait alors que de mon côté je la lèche, ne pouvant lui répondre, et j'ai réellement le sentiment d'être un objet entre ses cuisses, un objet comme un autre qui fait ce pour quoi il existe... Ce jour-là, j'ai eu la chance d'occuper ma place préférée pendant plusieurs heures, je dirais au moins deux, mais le temps passant tellement vite avec Elle, je ne peux en être certain. En tous les cas, cet après-midi-là restera gravé dans ma mémoire comme l'un des instants les plus privilégiés que j'aurais eu dans ma vie, et je t'en remercie, Maîtresse de mon cœur.


Un peu plus tard dans la soirée, ma Maîtresse me fait remarquer qu'Elle n'a pas encore inauguré le Titanoboa avec moi. Étonnamment, Elle me demande si j’ai envie de l’essayer. La vérité c’est que j’en ai très envie, mais je sais aussi que la séance de godage au gode rose de la veille a laissé des séquelles et que ça ne sera pas la « partie de plaisir » que j’espérais. Néanmoins, je lui réponds que j’en ai envie, même si je sais bien que envie ou pas envie Elle aurait tout aussi bien pu décider faire cette inauguration que je le veuille ou non. Ceci étant, je pense que cela lui fera toujours plus plaisir que j’aille de moi-même vers la souffrance qui m’attend, par choix, plutôt qu’Elle l’impose. Aussi soumis que je sois, j’aime savoir qu’Elle puisse me trouver courageux lorsque j’ai l’opportunité de le faire. Alors qu'Elle est assise sur le lit, Elle me fait mettre nu. Le Titanoboa est posé droit à même le sol et attend que je m'empale sur lui. Heureusement, Elle me permet de mettre du lubrifiant, et m'ordonne de m'asseoir sur le gode. Comme je m'y attendais, le passage du gode rose a rendu mon anus sensible et douleur  ne se fait pas prier pour apparaître. Je n'arrive pas à le pousser très loin dans un premier temps, mais ma Maîtresse me fait mettre à 4 pattes, et très vite je me rends compte, en faisant des vas et viens, que les vingt centimètres sont en moi. Ayant activé les vibrations, la douleur, bien que non "violente" est lancinante et fini par devenir insupportable. J'avoue avoir horreur de me plaindre, et demander des choses, et j'ai tenu aussi longtemps que possible, mais je finis par lui demander si je pouvais arrêter de me goder, ce qu'Elle refuse. Et je lui demande alors si Elle veut bien baisser la puissance des vibrations, ce qu'Elle m'accorde en les arrêtant complètement. Après quelques petites minutes à me goder moi-même, à quatre pattes à ses pieds , ne sachant même pas si Elle me regarde , Elle m'autorise enfin à arrêter, et à aller enlever le gode dans la salle de bain. A mon retour, je lui avoue ma déception, car j'ai été maussade tout au long de cette inauguration, alors que j'espérais que cette première fois avec le Titanoboa serait un moment joyeux, et de plaisir pour Elle comme pour moi. Heureusement  Elle me dit pour sa part ne pas avoir de sentiment de déception à mon égard.

Comme toujours, ce séjour chez Elle et à ses pieds aura été bien trop court. Mais ce fut un moment joyeux et doux, avec de vrais moments de Domination et de soumission, ponctués de moments câlins où drôles.

Je te remercie Maîtresse de m'avoir une nouvelle fois accueilli chez toi, de m'y avoir fait m'y sentir comme chez moi. Je te remercie pour ta Domination, et toute l'attention que tu as bien voulu m'accorder.

Je t'aime.

Ton jouet, ton soumis.

mercredi 10 février 2016

Le nouveau jouet de jouet

Il y a peu, ma Maîtresse m'a permis de connaître mon premier orgasme anal. Adorant déjà me faire goder par Elle, j'ai découvert depuis ce premier orgasme que la pénétration anale est devenu un besoin pour moi : je le ressens physiquement, cela me manque et j'ai envie de "plus".
C'est pourquoi, après en avoir discuté avec Elle et lui ayant expliqué ce besoin, Elle m'a permis d'acheter un gode et l'a même choisi pour moi. J'ai la joie aujourd'hui de vous le présenter : voici Titanoboa ! ^^



Très réaliste comme vous pouvez le constater, celui-ci fait 21 centimètres de long pour 3.5 centimètres de largeur. Ma Maîtresse ayant évidemment fait les choses au mieux, il est vibrant et équipé d'une télécommande et aussi d'une ventouse.
Je pense qu'il sera le jouet idéal de la chienne en chaleur que je suis devenue, et je suis certain de découvrir plein de nouvelles choses avec lui sous les ordres de ma Maîtresse. Tout ceci, vous le découvrirez je pense dans de nouveaux articles à venir...

Je te remercie encore une fois Maîtresse pour ce gode, et je ne te cache pas mon impatience d'en faire usage sous ta direction exclusivement.

Ton jouet.

dimanche 3 janvier 2016

Arsenal Bdsm de ma Maîtresse

Comme cela a souvent été demandé, voici quelques photos de l'arsenal dont dispose ma Maîtresse pour procéder à mon dressage de soumis et pour s'amuser avec moi.






Comme vous pouvez le constater, sa collection de jouets et ustensiles et déjà importante ^^

Sur la première photo, vous pouvez la découvrir au complet.

Au centre, tous les godes dont Elle dispose.  Le rose et blanc est uniquement dédié à son plaisir personnel. Les autres, en particulier les noirs et le surtout le rose dont je parle souvent et qui me fait si mal, sont pour mes séances de godage. L'énorme rose pâle n'a jamais encore été utilisé, mais je me rappelle le choc que j'ai ressenti lorsqu'Elle me la présenté la première fois que je suis venu chez Elle. Je n'en revenais tout simplement pas. Aujourd'hui, j'espère être un jour capable d'encaisser ce monstre, pour la plus grande satisfaction de ma Maîtresse, pour Elle.
En haut à droite, la perruque dont Elle m'a affublé lors de ma toute première féminisation.

Pour le reste, vous pouvez voir sa cravache (dont vous pouvez voir les résultats sur quelques photos suivantes), sa tapette, les diverses chaînes, cordes, mon collier, bracelets et cadenas qu'Elle utilise pour m'entraver et me montrer ma condition de soumis. Mon masque, la boule baillon et tout au bout à droite, une poire de lavement pour préparer les séances de godage.



En bas à gauche, des cockrings, lubrifiants et même une crème servant à engourdir le penis, malheureusement pas aussi efficace qu'Elle l'espérait ^^ et évidemment, des préservatifs.



Le double gode isolé sur des photos à part, s'appelle le ShareVibe. Je l'ai découvert sur le site jedominemonmari.com, en ai parlé à Ma Maîtresse, et avons convenu de nous l'offrir. C'est donc un double gode vibrant sans harnais.
La première fois a été un peu délicate, mais ma Maîtresse pense que ce n'est qu'une question d'habitude, et comme toute chose, je suis certain qu'Elle finira par le maîtriser à la perfection. Quoiqu'il en soit, j'ai eu la joie de l'entendre et de la sentir jouir tout contre mon dos alors qu'Elle me godait. C'était le but recherché, alors c'est un achat que je ne regrette pas pour ma part ^^.




J'espère que ces photos vous auront fait plaisir. Vous les devez à l'initiative de ma Maîtresse qui a souhaité donner suite aux nombreuses demandes faites à ce sujet, aussi j'ose croire que quelques commentaires de remerciements à son égard apparaîtront bientôt :)

jouet.

samedi 2 janvier 2016

Premier orgasme anal

Hier, 1er janvier 2016, j'ai connu grâce à ma Maîtresse, et de façon totalement inattendue comme souvent avec Elle, mon premier orgasme anal. Il n'a pas eu lieu en sa présence mais par webcam,je le précise.
Mais avant de vous raconter cela, je dois vous dire que j'avais aussi expérimenté, il y a presque un mois maintenant, ma première ejaculation sans sensation, suivi juste après de mon premier orgasme ruiné. Que de nouvelles et incroyables choses que je n'aurais probablement jamais connu sans Elle.

Hier donc, alors que nous discutions, ma Maîtresse à très vite remarqué que sa chienne en chaleur avait le cul en feu et l'envie d'être rempli. Plus qu'une envie, un besoin même.
Avec ce que j'avais sous la main car je n'étais pas chez moi, un martinet (hé oui, mais si ce n'est pas sa fonction initiale ^^) allait devenir le gode de mon premier orgasme anal. Après me l'avoir fait lecher convenablement, Elle me permit de me l'enfoncer et de commencer les vas et vient.
J'étais tellement excité qu'un filet de mouille coulait non stop de mon sexe. Une chose était sûr : j'étais vraiment en chaleur. Tellement en chaleur, que ma Maîtresse me fit remarquer qu'Elle aller peut-être dorénavant m'appeler sa "chienne pute en chaleur", ce qui me va très bien j'en suis certain et m'excite beaucoup.
Je ressentais un plaisir intense, tellement intense que je pensais pouvoir jouir rien qu'en me godant, ce qu'Elle m'ordonna de faire. Malheureusement, je n'étais pas seul dans la maison, et la peur d'être pris en flagrant délit me stressait, m'empêchant de me concentrer sur mon plaisir. Comprenant cela, Elle m'ordonna de me carresser en même temps. Tout à coup, venant réellement de mon cul de chienne pute en chaleur, je sentis le plaisir m'envahir de la prostate, ou mon gode improvisé tapait et tapait encore. J'arrêtais de me masturber, faisant juste aller plus vite le martinet en moi. Le sperme coulait à flot tandis que je jouissais en râlant, essayant tant bien que mal de ne pas faire trop de bruit. J'étais tout essoufflé, et ma Maîtresse, aussi stupéfaite que moi, souriait, sans doute très heureuse que nous ayons partagé cette première fois ensemble.
Alors qu'Elle coupait la cam en m'ayant permis de tout nettoyer, je plongais sur mon sperme à même le sol pour le lecher, alors qu'Elle ne me l'avait même pas demandé. Je n'en laissa pas une goutte, me filmant même pour lui envoyer par la suite. C'est important pour Elle que récupére mon sperme après chaque ejaculation, alors je le ferai dorénavant systémiquement à chaque fois  sauf contre ordre de sa part,  cela va de soi.

Cet orgasme fut si fort, et ne venant pas de la verge, que je restais en érection encore trente minutes, et que je suis certain que j'aurais pu me masturber et jouir immédiatement après mettre pourtant vidé à même le sol quelques instants avant.

Je suis heureux d'avoir vécu cette première fois avec toi Maîtresse, et je te remercie de m'avoir permis de m'acheter, à moi, ton soumis, ta pute chienne en chaleur, un gode, afin que je puisse peut-être, sous ta bénédiction, connaître encore cette fabuleuse sensation de "jouir par le cul "^^ et peut être même, qui sait, de nouvelles encore inconnues...

Je suis heureux aussi, de pouvoir, avec et grâce à toi, m'offrir sans la moindre gêne, être tout ce que tu veux que je sois, être tout ce que je suis au fond de moi, car tu fais sortir tout cela, tu me fais me découvrir à moi ,sans que je n'en ai jamais honte. Je tiens à te remercier pour tout cela.

Je t'aime, Maîtresse.

jouet.

vendredi 1 janvier 2016

Nouvelle année

Ma Maîtresse et son jouet vous souhaitons une belle et heureuse année 2016,  remplie de la chose la plus importante dans une vie : l'Amour.

A bientôt sur notre blog.


lundi 28 décembre 2015

Renaissance

Bonjour à tous et à toutes.

J'écris ce petit article à la demande de ma Maîtresse, tout simplement, pour reprendre ses mots, signifier que nous "vivons encore" ^^.

Oui, notre relation n'est pas morte, même si, tout ce qu'Elle a écrit dans le précédent article est vrai. Je n'ai cependant aucune intention de me dédouaner ou m'étaler ici en me trouvant des excuses pour ceci ou cela. J'ai par ce que je suis, contribué à changer son attitude à mon égard. Et, parce qu'Elle est Amour (oui, on peut être Dominatrice et savoir Aimer comme personne), ce magnifique être humain qu'Elle est, a changer sa façon d'être pour moi.  En disant cela je ne veux pas oublier le propos principal de ce blog, à savoir une relation  de Domination / soumission, mais notre histoire est avant tout une histoire d'amour, une histoire très forte et très intense. Nos plus fidèles lecteurs et lectrices le savent bien d'ailleurs, et je tiens à rassurer tout le monde (et faire quelques déçus peut-être) : il en est toujours ainsi.

Je veux juste, et ferai de mon mieux pour cela, lui redonner la personne qu'Elle aime, un homme aimant et obéissant,  toujours là pour Elle, protecteur autant qu'il m'est possible, mais soumis et docile comme Elle aime que je sois.

Le sentiment de soumission est quelque chose qui, lorsque qu'il vous habite, est très puissant et doux à la fois. Il est en moi, et je veux qu'il y reste, car il m'apporte un véritable bien être et même de la saveur à ma vie.

J'ai découvert depuis que je n'envisage pas de le vivre sans Elle, et cela ne change pas.

Je t'appartiens, Maîtresse, mon Amour, et je t'aime et je t'admire plus que quiconque.

Ton homme. Ton jouet.